Faire réussir la jeunesse

Présidentielle 2017 : Les 24 propositions de la Conférence des grandes écoles (CGE) pour un enseignement supérieur agile, attractif, soutenable et ouvert

Avant-propos

Faire réussir la jeunesse doit être une priorité stratégique pour l’avenir du pays, la société française, la démocratie et son économie. L’enseignement supérieur et la recherche constituent un tremplin sur lequel le pays doit s’appuyer pour répondre aux grands enjeux nationaux et mondiaux.

L’enseignement supérieur occupe en France une place considérable, avec 2,5 millions d’étudiants (contre 300 000 dans les années 60), 91 000 enseignants et enseignants-chercheurs, 56 500 salariés non-enseignants (1) pour les seuls établissements dépendants du Ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) en 2014. Les pouvoirs publics financent à eux seuls plus de 80 % de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, ce qui représente plus de 23 milliards d’euros soit 1,4 % du budget de l’État (2).

Depuis plusieurs décennies, malgré d’innombrables réformes, le système éducatif français éprouve des difficultés pour répondre aux besoins de sa jeunesse et des acteurs socio-économiques. Malgré des sommes très importantes dédiées à son fonctionnement depuis le primaire jusqu’au supérieur, certaines réalités et évolutions de ce système sont inquiétantes : dégradation dans les classements PISA, nombre croissant de « décrocheurs » dans chaque classe d’âge, 24 % de jeunes de moins de 25 ans au chômage (3), taux d’échec important en licence et mauvaise orientation de nombre d’étudiants, faible mixité sociale dans les niveaux supérieurs des universités comme des grandes écoles. La France a pour ambition pourtant d’atteindre 60 % d’une classe d’âge diplômés de l’enseignement supérieur (4). Ceci est un défi majeur sachant que la population étudiante devrait croître de 800 000 d’ici 2027 pour atteindre 3,2 millions d’étudiants (5).

Pour répondre à ces enjeux, la Conférence des grandes écoles propose des pistes de réflexion et d’actions concrètes qui sont le fruit de l’expertise de ses 265 membres, grandes écoles, associations et entreprises, ainsi que d’un vaste processus de consultation auprès des français et des utilisateurs de l’enseignement supérieur initié, dès 2015 (6). L’expérience des grandes écoles peut être une source d’inspiration pour la modernisation du système d’enseignement supérieur français et elles souhaitent y contribuer.

C’est sur la formation et la réussite de la jeunesse que la Conférence des Grandes Écoles a choisi de centrer ses propositions :

La campagne présidentielle offre un cadre privilégié pour rassembler, étudier, analyser et proposer. C’est pourquoi la Conférence des grandes écoles souhaite, sur la base de ces propositions, poursuivre ce travail avec tous les acteurs pour la réussite de l’enseignement supérieur et de la jeunesse.


1. MENESR L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, juin 2016
2. La mission « recherche et enseignement supérieur » représente le 3e budget de l’État derrière l’enseignement scolaire et la défense.
3. Eurostat mars 2016
4. Stratégie nationale pour l’Enseignement Supérieur (StraNES)
5. France Stratégie, « Quelles priorités éducatives ? », mai 2016
6. Enquête CGE-TNS Sofres mars 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :